10 conseils pour bien arroser son potager

Avec le réchauffement climatique, les périodes de canicule et de sécheresse deviennent récurrentes. Au potager, les besoins en arrosage sont accrus alors même que l’eau se raréfie. Pour autant, tous les jardiniers sont bien conscients que s’ils veulent récolter le fruit (et les légumes!) de leur travail, ils doivent arroser. D’où l’importance d’adopter un arrosage raisonné qui soit efficace tout en préservant ce bien précieux qu’est l’eau. Un arrosage du jardin réfléchi qui va de pair avec une bonne connaissance des différentes variétés des légumes et de son sol. Suivez nos 10 conseils pour bien arroser votre jardin et économiser l’eau.

Paillez pour limiter les arrosages

En observant la nature, on comprend très vite qu’aucun sol n’est laissé nu. Le sol est toujours tapissé de feuilles mortes, de mousses ou encore envahi d’herbes. Au potager, c’est la même chose. Laisser un sol totalement nu autour des légumes n’est jamais bénéfique. Pourquoi ? D’abord parce que les mauvaises herbes ou adventices vont l’envahir, ensuite parce les sols vont se lessiver, enfin parce que l’eau va rapidement s’évaporer. Donc, pour augmenter l’efficacité des arrosages, il faut pailler. Qu’il soit organique ou minéral, le paillage va conserver une certaine humidité et les légumes résistent mieux à la sécheresse.

Récupérez l’eau de pluie

Si vous le pouvez, installez une cuve, un bidon ou même encore un récupérateur d’eau de pluie. Car les eaux pluviales ont plusieurs avantages : elles sont totalement gratuites, elles sont toujours à température ambiante et ne contiennent pas de chlore à la différence de l’eau du robinet.

Si vous ne pouvez utiliser que l’eau du réseau, laissez-la reposer dans un bidon pendant une à deux journées. Elle va ainsi se réchauffer et le chlore pourra s’évaporer. Bien évidement, si vous avez un puits, c’est encore mieux.

Préférez l’arrosoir ou le goutte-à-goutte

Certaines plantes comme les tomates ou les cucurbitacées sont particulièrement sensibles aux maladies cryptogamiques. Des maladies qui sont provoquées par un arrosage du feuillage. Pour limiter les risques de maladies, oubliez les rampes ou le tuyau d’arrosage et préférez le bon vieil arrosoir ou un système de goutte-à-goutte.

Si vous optez pour l’arrosoir, enlevez la pomme pour bien arroser au pied de vos légumes, en pratiquant éventuellement une petite cuvette. En revanche, pour les semis ou certains légumes comme les salades ou les radis, gardez la pomme d’arrosoir.

Si vous choisissez, le système du goutte-à-goutte, plusieurs dispositifs sont adaptables : le tuyau poreux ou le tuyau à goutteurs avec programmateur, ou encore le goutte-à-goutte sur lequel on adapte des bouteilles d’eau. En résumé, arrosez le plus possible au pied des légumes.

Limitez les arrosages

Mieux vaut arroser beaucoup que souvent. En résumé, il est préférable d’apporter une bonne quantité d’eau en une à deux fois par semaine plutôt qu’en petites quantités tous les jours. En effet, les légumes prendront l’habitude d’aller puiser l’eau profondément plutôt qu’en surface et développeront ainsi leur système racinaire. Ce principe est surtout valable pour les légumes-racines. Seuls les semis et les nouveaux plants échappent à cette règle et doivent être arrosés en quantité moindre régulièrement.

N’arrosez jamais en journée

La chaleur su soleil provoque une évaporation rapide de l’eau et risque de brûler le feuillage. Donc, au printemps, il est plus productif d’arroser le matin. Les nuits étant encore fraîches, l’eau n’aurait pas le temps de sécher ce qui risque d’augmenter les risques de maladies. En revanche, en plein été, on arrose le soir car l’eau s’évapore moins vite la nuit.

N’arrosez pas par grand vent

Le vent a tendance à dessécher les légumes, surtout combiné à la chaleur. Il vaut donc mieux éviter d’arroser par grand vent.

Binez et désherbez

Quel jardinier ne connaît pas l’adage : un binage vaut deux arrosages ? En aérant la terre, le binage permet à l’eau d’arrosage de s’infiltrer plus facilement dans le sol, jusqu’aux racines les plus profondes. Le binage a aussi l’avantage d’éliminer les mauvaises herbes. Bien évidemment, si vous avez paillé, le binage est inutile.

Faites de l’ombre à vos légumes

En période de canicule, les légumes souffrent de la chaleur. Alors pourquoi ne pas les mettre naturellement à l’ombre tout en laissant circuler l’air ? Comment ? Par une structure d’ombrage comme un toit végétal ou un filet d’ombrage ou par l’association de plantes hautes avec des plantes basses.

Testez les bouteilles d’eau comme réservoirs

Vous pouvez aussi tester le système des bouteilles en plastique pour offrir de l’eau en abondance aux légumes, et en particulier ceux qui ont d’importants besoins comme les tomates, les poivrons, les aubergines…L’idée étant qu’ils se servent eux-mêmes. Deux systèmes existent : la bouteille à l’envers, le goulot planté dans le sol et le fond coupé ou la bouteille percée enterrée dans le sol à l’image des oyas, un système d’irrigation par jarre.

Regardez les bulletins météo !

Ce serait en effet dommage d’arroser votre potager la veille d’un bel orage…